Archives pour la catégorie RECIT DU VOYAGE EN CORSE

LES DIX COMMANDEMENTS DU CORSE !

1. VIS POUR TE REPOSER

2. AIME TON LIT, C’EST TON TEMPLE

3. LE TRAVAIL EST SACRE, NE LE TOUCHE PAS

4. REPOSE TOI LE JOUR, POUR POUVOIR DORMIR LA NUIT

5. MEME MORT, TU VOTERAS

6. SI L’ENVIE TE PREND DE TRAVAILLER, ASSIEDS TOI ET ATTENDS QUE CELA SE PASSE

7. AIDE LES AUTRES A SE REPOSER

8. LE TRAVAIL C’EST LA SANTE, ALORS LAISSE LE AUX MALADES

totofcorse2oo7017.jpg

9. NE FAIT JAMAIS LE LENDEMAIN CE QUE TU PEUX FAIRE APRES DEMAIN

10. FAIT ATTENTION, TU PEUX TE BLESSER EN TRAVAILLANT

 

LES VACANCES MR DECONNECTER EN CORSE !

LA CORSE. Longue de 183 Km et large de 83 Km, la Corse déploie 1O47Km de côtes en une succession de magnifiques caps, falaises, plages, et golfes. C’est la plus montagneuse des îles de la méditérranée. 

En un éclair on passe des plages dorées à la haute montagne: à 25 Km seulement du littoral, le monté cinto, point culminant éternellement enneigé, dresse ses 2706 mètres. L’Italie se trouve à 83 Km, la France à 170 Km, l’Espagne a 450 Km. Une histoire mouvementée! 

Convoitée à toutes les époques, l’île a une histoire tumulteuse et une grande diversité d’origines. Elle est passée dans les mains des Grecs, des Romains, a vécu des siècles sous l’emprise des Génois avant de connaître une courte période d’indépendance, depuis plus de 200 ans, elle est intégrée à la France. LA TÊTE DE MAURE. 

L’emblème apparait à la fin du 13 ème siècle dans les armoiries du roi d’Aragon en souvenir de la reconquête de l’Espagne sur les arabes. La tête de maure est ensuite accordée au cours du 15ème siècle à des chefs corses partisans des Aragonais. Elle tomba plus ou moins dans l’oubli, le roi Théodore l’adopte en 1736 avec les insignes d’origines. 

< Bandeau sur les yeux, boucles d'oreilles et chaines autour du cou.> C’est avec Pascal Paoli que la tête de maure devient le symbole officiel de la Corse! Il décide de supprimer les chaines et autres signes de soumission et de relever le bandeau qui couvre les yeux.  » Les corses veulent y voir clair, la Corse jamais soumise, jamais conquise!!!! » 

C’est en 1755 et le manuscrit de constitution corse que celle-ci apparait comme nous la connaissons aujourd’hui. NOTRE SEJOUR. 

C’est face à un lever de soleil des plus magnifique éclairant de mille feux la baie de Bastia, là, ou les étoiles laissent leur place à l’aurore, où la brume s’éléve du maquis corse avec ses senteurs, sa faune, et sa flore. Que notre périple Corse débute. Nous sommes au village de  » TAGLIO ISOLACIO » deux villages plus exactement séparés et perchés face à face situés dans la piève de tavana. Ces villages sont connus pour leurs chanteurs et leurs voix exceptionnelles  » I MUVRINI ». 

L’église San Michèle célèbre pour son clocher ou encore l’église San Mamiliano qui abrite un tableau classé très rare représentant la vierge allaitant! Nous sommes arrivés le vendredi 10 Aout 2OO7 en provenance de Nice, une traversée de cinq heures qui se déroula paisiblement. A 19H3O notre bateau le « Mega express two » de Corsica ferries accostait au port de Bastia. 

Nous avons mis une bonne heure et demie pour aller chercher les clefs de la maison qui se trouvaient chez Mr et Mme D’ULIVO habitants au Querciolo commune située à 3OKm au sud de Bastia. Autant de temps? Oui, car la nationale était encombrée de véhicules touristiques arrivant eux aussi du continent. Aprés avoir retrouvé et diné avec nos amis Corses, nous sommes partis au village nous installer. Et c’est tard dans la nuit que nos paupieres se refermèrent sur nos yeux rougits de fatigue. 

La particularité de ses vacances est que nous sommes avec deux personnes qui ont la faculté d’attirer vers eux et leur entourage des évènements qui sortent de l’ordinaire, 

des situations rocambolesques à la poisse la plus totale, des petites choses qui empoisonnent votre existence que vous croyiez paisible jusqu’à présent. Avec pour premier exemple au péage de Montpellier à l’aller, Christophe me précède avec son véhicule et prend un ticket à l’entrée de celui-ci, moi je me présente à mon tour derrière lui et là, pas de ticket délivré par la machine, mais elle en donna un, au véhicule qui me suivait. Il a fallu donc que j’avertisse par interphone autoroutier le poste de péage que je n’avais pas de ticket et qu’il faudrait le signaler à la sortie d’autoroute à Arles. 

Autre exemple post-corse, Steven le fils de Christophe avait trouvé le moyen d’envoyer son ballon de football chez le voisin, malgré les 5000 mètres carré de terrain que possède son père et sa belle mère Myriam dans un charmant village de haute Garonne appelé Caraman. (30km de Toulouse) A l’embarcadaire de Nice aussi, par chance nous sommes dans les premiers dans la file d’attente des véhicules prêts à être embarqués sur le bateau. 

Christophe est pas loin de nous et embarque et bien nous, nous avons embarqués une demi-heure après lui!!!!!  » IL est formidable de voir à quel point les évènements s’enchainent avec Christophe et Steven. » Nous avons aussi les petites phrases de Christophe du style: Tiens Christophe tu connais les I MUVRINI ? Et lui me répond ah oui c’est comme la Coppa! 

Ou alors, en Corse le soleil se couche plus tôt que sur le continent, et Christophe de répondre, bah oui, il est caché par les montagnes…… Le soir du 11 Aout, nous apprenons à Myriam 2, à joué à la belote, au bout de quelques tours, nous décidions à jouer réellement afin de voir si elle avait bien compris le déroulement du jeu. A cet instant, Steven distribue et c’est à moi de débuter. 

Et voila qu’il me rentre valet,neuf,as,dix à coeur, avec ce jeu le capot était inévitable pour mes adversaires, mais Steven trouva le moyen de faire une fausse donne!!!!!!!!!!! Apres quelques noms d’oiseaux lancés à son égard de ma part, il recommenca et je fut tout surpris de voir qu’il me redistribuait le même jeu, mais ce coup-ci à carreau. Enfin la chance me souriait moi le piètre joueur de belote occasionnel, ET BAH NON!!!!!!!!!! Steven avait fait une nouvelle fois une fausse donne!!!!!! La nature humaine est quelque peu sauvage quelques fois, car mon esprit imaginait déja Steven empalé sur un pieu ou frappé fortement par un energumène me ressemblant étrangement. 

Bref, une carte bizzarement était tomber au sol et les deux fausses donnes étaient dues à cela!!!!!!! La nuit se passa paisiblement pour ma part, bercée par des rêves qui m’apéserent l’esprit. (steven décapité, steven évicéré, steven noyé, steven égorgé) une nuit paisible quoi!!!! Le lendemain nous sommes partis à l’aéroport de Bastia chercher ma nièce Aurore qui venait nous rejoindre. 

Nous sommes aller boire l’apéritif chez nos amis Corses et l’après midi nous sommes aller à Moriani nous procurés des documents à l’office du tourisme afin de prendre connaissance des endroits les plus intérréssant de l’île à visités. Par la même occasion j’offris un couteau Corse à Christophe pour qu’il se sente bien intégré à son environnement insulaire! Le 13 Aout à 7H30, nous primes la direction de BONIFACIO, distante de 139Km du village. 

Pendant le trajet, nous avons admirés les paysages côtiers pittoreques de l’île, Aléria, Solenzara, Porto Vecchio et au terme d’une heure et demi de route, nous arrivions à destination! BONIFACIO  ( Bunifaziu) 

Tout au sud de la Corse, perchée au sommet d’impréssionnantes falaises blanches battues par les vagues, voici un site exceptionnel le plus visité de l’île, fondée en 833 par Boniface comte de Toscane, la ville haute à gardé de son passé tumultueux une atmosphère toute médiéval. Mais Bonifacio est aussi un port à l’acces facile, qui accueille la grande plaisance. C’est le royaume du vent qui souffle 250 jours par an. Apres un léger repas nous sommes partis sur les îles lavezzi, ce dédale d’îlots rocheux baignés d’une eau bleue tropicale et protégé par son statut de parc marin internationnal. 

Et sur c’est sur l’un de ces îlots que nous nous sommes baignés avant de reprendre le bateau pour visiter à bord de celui-ci, l’île Cavallo, un coin de paradis appelez l’île des milliardaires car toute la jet set italienne vient s’y pavanée, avec un hôtel à 2OOO Euros la nuit, plus loin se trouve la résidence de caroline de monaco et en face de celle-ci, le long de la côte se trouve les résidences d’été de certains membres de notre jet set nationnale, »jean reno,alain prost,etc…) Puis, nous avons vu la pointe de la Corse, le gourvernail de la Corse, l’entrée d’une grotte à la forme du chapeau de Napoléon ( à l’envers), puis une autre grotte ou vous admirée dans son plafond la Corse à l’envers formé par l’érosion du temps comme ci quelqu’un l’avait sculté dans la pierre. Puis nous sommes rentrés au port (sans que personnes de notre petite troupe se fit remarqué). Nous avons flanés dans les rues de Bonifacio avec l’achat de cartes postales, de deux tee-shirt noirs avec comme inscription dans le dos « si l’envie de travailler te prend, alors assis toi et attend que cela se passe » bien sur une phrase typique sur la façon de vivre des Corses….. 

Mais pour les facéties de nos deux compères, rien n’était à signaler!!!!! En ce 14 Aout la matinée fut consacrée au repos, juste un aller/retour à l’aéroport de Bastia pour éssayer d’échanger le billet d’avion de retour d’Aurore au 27 Aout au lieu du 23, mais ce fut un échec car elle payait 72 Euros de plus! L’après midi nous sommes partis à l’île Rousse ( Insula Rossa) 

L’ÎLE ROUSSE  ( L’isula Rossa) 

C’est une cité moderne et prospère avec des rues disposées en damier, des squares fleuris et de nombreux commerces. Son port animé et point de départ et d’arrivée sur le continent est trés agréable bercé par la tranquilité des environs. La douceur de son climat et la plage de sable fin qui borde sa baie en fond une station de villégiature très fréquentée dès le printemps. Les granits rouges de l’île de la piétra (au nord de la ville) ont donné son nom à l’Île Rousse qui fut fondée par Pascal Paoli en 1758 pour concurrencer le traffic d’Algajola et de Calvi afin de contrecarrer l’activité Génoise dans l’île. 

Sandy avait rendez-vous avec Yann un ami qui passait ses vacances ici et nous avons laisser donc Sandy, Aurore et Steven avec celui-ci pour qu’ils passent l’après midi entre ados.   Quand à nous, direction Calvi! 

CALVI   Je tiens à préciser qu’en Corse, les règles élémentaires du code de la route sont inexistantes, des insulaires aux touristes tous le monde fait ce qu’il veut! Et je te double n’importe comment, et je te refuse la priorité, et je tourne sans clignotants, bref au niveau circulation routière la Corse à mes yeux est un foutoir monstrueux. 

La cité fièrement campée en vigie sur sa rade lumineuse dans un cadre de montagnes souvent enneigées, compte parmi les plus beaux sites marin de Corse. La citadelle plantée sur le promontoire qui s’avance entre le golfe de Calvi et celui de la Revellata contraste avec le paysage environnant d’une grande sérénité. Calvi, cest la capitale de la Balagne, et un centre touristique très apprécié, sa plage longue de 6Km bordée de pins parasols, s’allonge jusqu’au fond d’une vaste baie. C’est aussi une escale pour les plaisantiers assurés d’un excellent mouillage réputé depuis l’antiquité. 

Son nom viendrait du latin « Calvus » signifiant chauve en référence au rocher dénudé sur lequel fut construite la citadelle il y a 6 siècles. Notre balade dans la citadelle fut agrémentée par un épisode croustillant ressemblant étrangement à un évènement peu ordinaire que Christophe peut déclencher! Nous avions fait le tour de la citadelle, visité son église, fait quelques photos du paysage marin et montagneux, mais pour revenir à l’entrée de celle-ci il fallait faire un détour pédestre contraignant pour nous car les fusées prévues pour le feu d’artifice du lendemain étaient installées à divers endroits et ils nous fallait prendre un dédale de ruelles, alors nous étions persuadués de pouvoir passer par la plage qui était en contre-bas pour rentrer. Mais à défaut d’un chemin bien tracé, c’est sur des rochers escarpés et glissants que nous ( en alpinistes improvisés!!!!) arrivions avec sandalettes aux pieds pour certaines et baskets pour d’autres à la plage! 

Ecorchés au bras et aux jambes, nous avons rejoind la voiture et nous sommes retournés à l’île Rousse chercher nos ados pour rentrer au village! Les aventuriers de la citadelle de Calvi étaient de retour en terre calme et paisible! 

L’ouverture de la chasse pour un chasseur chevronné est le moment tant attendu toute l’année, mais pour des touristes endormis à l’aurore de ce 15 Aout, cela n’a pas la même signification! Le calme de ce matin la, fut brutalement déchiré par une détonation de fusil de chasse, d’aboiement de chiens et de cris de chasseurs traquant leur proie! Pour que le bruit soit plus perceptible, les chiens avaient des colliers avec des cloches dessus, ce qui augmentait le volume sonore dans ce maquis Corse dès plus tranquille habituellement! Puis deux,trois,quatre,cinq déflagrations de fusil agrémentèrent encore ce vacarme matinal, et encore pan! pan! (putain si avec sept coups de fusil ils l’ont pas tuer le sanglier qu’ils se mettent à jetez des grenades alors!!!!!!! 

Apres cet épisode, ils nous semblat neccessaire à tous de nous levez, par contre en début d’après midi, pendant que les chasseurs font leur sieste, cela nous auraient bien plus d’organiser une mega-fête sur la place du village avec un concert de klaxons avertissant que celle-ci allait commencée, mais je crois que les sangliers pouvaient dormir tranquilles à cet instant, et que le nouveau gibier aurait été 7 touristes parisiens et toulousains. L’après midi se déroula à la plage avec jeu de ballon et de rackettes qui dans les deux cas, n’ont pas survécus à leur première utilisation! 

Le soir, nous sommes partis à Bastia voir le feu d’artifice sur le vieux port, mais avant, nous voulions manger sur celui-ci les spécialitées locales, bien entendu les restaurants à 21H15 sont tous complets et le seul qui nous accepta pratiquait la cuisine méxicaine, c’est donc dans un dépaysement des plus total, que nous mangions méxicain, en Corse, au beau milieu de la méditérannée!!!! Le feu d’artifice fut magnifique et par la suite nous sommes aller manger une glace place St Nicolas. Retour au village, il est  0H30! 

BASTIA   Grande ville d’affaires de la Corse et préfecture de la Haute-Corse depuis 1975, Bastia a su préserver au mieux son charme méditérranéen. La cité mérite absolument une visite pour la qualité de ses monuments et pour l’atmosphère de ses anciennes ruelles colorées de quelques balcons fleuris et dominées de hautes maisons de volets peints. 

Au 15 ème siècle les génois élevèrent sur le rocher du port une bastiglia ou bastille pour protéger la ville. Celle-ci laissa son nom à Bastia. Bastia ne fut vraiment établie qu’a la fin du 14ème siècle, mais les objets découverts sur les hauteurs environnantes confirment une occupation du site dès 1500 avant j-c. Les romains y installèrent une colonie. Au début du 11ème siècle les pêcheurs utilisèrent dans la crique de le petit port de Cardo, mais n’y édifièrent que des cabanes, le rivage étant trop vulnérable aux raids barbaresques. A la fin du 12ème siècle la balagne, les régions du cap Corse et de Bastia étaient les plus productrives des zones viticoles et exportaient du vin en grande quantité. 

De nos jours Bastia reste une ville très accueillante et jolie à visitée! Bonjour la Corse en ce 16 Aout, pas de chasseurs aux alentours, pas de détonations, dormons alors encore un peu, mais non! un habitant du village met en route sa débroussayeuse, et voila notre tranquilité matinale encore dérangée, mais bon, nous sommes dans un vrai village Corse, avec de vrais habitants de l’île, donc, nous vivons pleinement la vie quotidienne de ceux-ci, car ce n’est pas dans un camping que nous le pourrions. 

Apres midi, cap sur Saint Florent à 63 km du village. ST FLORENT  (San Fiurenzu) 

Au creux d’un très beau golfe, auquel elle a donner son nom, ST Florent est bâtie sur une légère hauteur au nord de l’embouchure de l’Aliso. C’est une station balnéaire très orientée vers les activités nautiques. Les remparts de la citadelle génoise dominent le port de plaisance bordé de vieilles maisons colorées. St Florent est souvent appelée le St Tropez de la corse, Elle demeura une cité de garnison et de pêcheurs jusqu’a la fin du 17ème siècle. Son déclin brutal survint après la décision génoise de raser les remparts en 1667 dont l’entretien coûteux n’étais plus justifier, la sécurité maritime semblant acquise. Victime aussi de la malaria, la ville fut désertée pendant deux siècles. Il fallut attendre le second empire pour que St Florent renaisse. Nous avons visité l’endroit et à vrai dire si vous êtes pas des adeptes de la farniente sur la plage, la visite fut rapide. 

C’est donc un peu déçus de ne pas avoir satisfit notre soif de savoir, que avons été manger une bonne grosse glace face au port de plaisance. Par la suite, nous avons prit la route en direction de la source d’Orezza! OREZZA   

Cette modeste station thermale est joliment située au fond d’un vallon couvert de superbes châtaigniers que domine le village de Piedicroce. Les eaux d’Orezza froides, férrugineuses,bicarbonatées et gazeuses étaient déjà connues dans l’antiquité. Elles soignaient au siècle dernier les cas d’anémie, les troubles du système nerveux ainsi que le paludisme et les affection du foie et des reins. De l’établissemnt thermale subsiste, au centre du parc, une fontaine où l’on peut goûter l’eau, en face un atelier pratique la mise en bouteilles après un traitement qui ôte à l’eau sa saveur quelque peu désagréable. 

L’aube en ce 17 Aout avait des reflets roûgatres et le soleil berçait tout doucement de ses rayons chauds, notre environnement magnifique tout doucement. Aucuns évènements majeurs liés à la poisse de nos deux compères s’étaient déroulés, et je commençais à croire que ce voyage en Corse allait les excorcisés! La matinée fut consacrer à fleimardé dans la maison à rangé un peu aussi, je m’assayais paisiblement sur la chaise longue sur le balcon en comtemplant le front marin et le maquis carresser par les doux rayons du soleil, mais en voulant me relévé de la chaise en prenant appuis sur les deux accoudoirs de celle-ci,  l’un deux se brisa net et faillit me faire tomber! 

Un accident peu banal vu l’épaisseur en plastiques des accoudoirs, puis je pris des ciseaux afin de refaire une beautée à mes ongles de pieds, lorsque j’entamais la coupe de l’ongle de mon gros orteil, la paire de ciseaux cassa brusquement. (cassé les ciseaux!) A cet instant, je me demandais si cela valait le coup de prier ou brûler un cierge à l’église proche de notre maison, pour que les ondes malchanceuses que dégage Christophe et Steven puissent disparaitres! Mon désir à croire que le reste des vacances commençeraient à être ordinaire s’envola. L’après midi, nos compagnes et les ados partirent a la plage, Christophe et moi, nous sommes partis faire quelques courses aux alentours de Bastia, bien évidamment, il se passa encore des évènements peu ordinnaires avec lui que je préfère taire, car vous me trouveriez à cet instant, paranoîaque!!!!!!! Aujourd’hui,  » the big day! » 

18 Aout, notre équipe part pour la plus longue journée  touristique de notre séjour, départ pour Porto, les calanches de Piana, Cargèse, Sagone, Tiuccia, Ajaccio, Corte, et retour au village au total un périple de 388 Km. Pour aller sur Porto, vous traversez le centre Corse qui vous ouvre l’accès à des régions à l’identité propre. L’Ascu, tout à la fois vallée majestueuse et torrent aux eaux vertes ou il fait bon se baigner. C’est aussi un village au charme pittoresque et une réserve de faune sauvage inscrite au programme Natura 2000. Vous y croiserez nombres de bergers qui préparent eux-mêmes de savoureux fromages. Et aussi le Ouest-Corse, avec son littoral bordé de falaises de granit rouge plongeant dans une mer d’un bleu intense, le golfe de Porto mérite bien son classement par l’unesco au  » patrimoine de l’humanité « . C’est un grand spectacle mis en scène par la nature avec un luxe de moyens exceptionnel, au nord la presqu’île de Girolata, accessible uniquement à pied ou par mer, offre un paysage fantastique né des convulsions d’une éruption volcanique. Falaises abruptes, pitons déchiquetés, couléés de lave figées en forme de tuyaux et d’escaliers d’ou les aigles pêcheurs plongent vers la mer turquoise. 

PORTO  (Portu) Porto est au centre d’une région touristique offrant aux estivants à la fois  les plaisirs de la  mer et ceux de la montagne, des maisons taillées dans la pierre rouge, une tour génoise plantée 

sur un rocher fondée il y a quatre siècles à l’embouchure de la rivière Porto, un bois d’eucalyptus et, tout le long du golfe, des curiosité naturelles de toute splendeur font de cette petite station balnéaire un lieu bien fréquenté. Le golfe doit sa splendeur à son littoral bordé de granit rouge contraste avec le bleu de la mer, au sud les calanches de piana (magnifiques! nous avons adorés!) au nord la presqu’île de Girolatas et la réserve naturelle de Scandola, cet ensemble constitue la fenêtre maritime du parc naturel régional de la Corse, un lieu protéger qui abrite une flore et une faune exceptionnelle avec une grande variété de plantes rares. Nous avons déjeuner dans un restaurant très sympatique et face au port de plaisance de Porto, le repas fut esquis et festif! 

Les calanches de piana que nous avons traversées nous ont imprésionées par leurs beautées sauvages et nous avons continuer notre route sur Ajaccio en longeant la côte et en passant par Cargèse, un village vivant de l’agriculture de la pêche et du tourisme, ce village est surnomer  » la ville grecque  » car à l’origine les mariages, entre les descendants des colons grecs et les corses ont mélés les deux communautées. Car pour fuir l’occupation Turques de 1670 dans le Magne ( au sud du péloponnèse) des grecques originaires d’Itilo demandent asile à la république de Gênes. Passant aussi par Tiuccia très joli village de bord de mer, puis Ajaccio capitale de la corse du sud à 43Km de Porto. AJACCIO  (Ajacciu) 

Ajaccio mérite mieux qu’une brève halte sur le chemin des plages ou de la montagne, chaque matin, derrière l’hôtel de ville, le marché du square César Campinchi anime la place et les rues adjacentes, sur le port, les pêcheurs écoulent leurs poissons frais, tandis que, sur le bancs, les retraités discutent au soleil. La, ou est né Napoléon en 1769 demeura purement Génoise jusqu’a sa prise en 1553 par Sempiero corso, des familles corses s’y installerent et  obtinrent en 1592 le droit de cité. Beaucoup de choses sont à visiter de la maison natale de l’empereur, « la demeure entre dans le patrimoine familial en 1682, Charles Bonaparte s’y installa en 1743, occupant le rez de chausée et le premier étage, cette maison ne ressemble plus guère à présent à la casa Buonaparte que connu le jeune Napoléon. » 

La vieille ville, l’église St Erasme batie en 1656, la cathédrale batie en 1582, la place du Maréchal-Foch auparavant nommé place des palmiers, la cour Grandval agréablement bordée de palmiers, le musée Fesch ou l’acces par la cour d’honneur vous donne un l’instant l’impréssion d’être un notable de cette ville, la chapelle impériale, qui fut édifier par Napoléon 3 en 1857 pour servir de sépulture à la famille impérial. Vous avez aussi la routes des îles sanguinaires ou vous verez à votre gauche la propriété du célèbre chanteur TINO ROSSI, et à l’extrèmité de celle-ci la pointe de Parata un promontoir de granit rouge  surmonter de sa tour édifiée par les Génois pour protégés l’île des incursions barbaresques, et en face la grande sanguinaire ou est érigé un buste de Napoléon observant le large. Voila , Ajaccio, un nom dérivé du mot latin  » adjacium  » signifiant  » HALTE, LIEU DE REPOS «  Mais bien autres choses sont à voir ici, je vous fait seulement un résumer……. 

C’est tardivement que nous sommes rentré au village (22H30), sur le chemin du retour entre Ajaccio et ici, Myriam 2 avait prit le volant de ma voiture tandis que je me faisait transporté par Christophe, notre passage par Corte fut rapide et bref…… 19 Aout, il était hors de question pour ma part de prendre le volant! Un ras le bol de la conduite m’avait envahit, et je comptait bien ne pas bouger de notre coin de villégiature, le réveil fut agréable car comme à mon habitude, je prenais mon petit déjeuner face à la mer et sur ma gauche la montagne Corse, avec les senteurs du maquis qui……. Et c’est reparti, coups de fusil, chiens qui aboient, c’est vrai que la chasse au sangliers était de retour, car le week-end aidant les chasseurs reprenaient leur traque meurtrière. 

Donc mon petit déjeuner fut accompagner d’un bruits pétaradesque et d’une vue splendide. En ce mileu de séjour, myriam 2 fit une superbe chûte dans la douche, me perdit la veille mon enjoliveur droit, et commença à sa plaindre de son oreille droite ou un petit kyste commencait à s’infecter derrière celle-ci, myriam 1 se fit un énorme bleu sur la jambe gauche et se tapant celle-ci sur la clef de la porte d’un des placards de la cuisine, christophe partit faire un footing de 4 Km  en revena avec un mal de dos conséquent, pour ma part, j’avais le corps plein de boutons de moustiques, surement une attaque gigantesque de ceux-ci durant la nuit, mais uniquement moi comme cible, les autres rien!!!!! Quand à nos pré-adultes, c’est comme ça que Sandy voulait que nous les appellions, bah oui hein! 17 ans pour elle c’est pré-adulte, alors qu’est-ce que je peut vous dire hein!!!!!! Sauf aurore qui du haut de ses 18 ans, entrait dans dans la catégorie adultes, non par sa taille, mais par son âge. 

Après un matinéé mouvementée, l’après midi, nos pré-adultes et nos deux myriams partirent à la plage, Christophe et moi entamions une bonne sièste réparatrice de la journée précédente. Avant leur départ pour la plage, les filles avaient mise en route la machine à laver et nous avaient demandées d’étendre le linge à notre réveil. Endormi profondément, je me laissait aller dans un rêve enchanteur qui fut brusquement interrompu par Christophe qui me réveilla sans ménagement, laissant passer quelques pensées meurtrières à son égard je lui demandait se qui se passait et pourquoi tant de hâte il avait eu à me sortir de mon sommeil. De l’eau, oui de l’eau avait envahie entièrement la pièce ou nous étions, éffectivement sauf ouragan ou typhon qui aurait traversé l’île subitement, rien d’autre ne pouvait expliquer l’arrivée aussi massive de cette eau, sauf bien entendu si le tuyaux d’évacuation de la machine à laver c’était accidentellement défait!!!!! 

Et bah si! Il s’était bien défait, et l’eau qui innodait la pièce parvenait bien de la machine à laver!!!!! Et oui, à force de fréquenter la poisse réincarnée en Christophe vous vous habituer à vivre des instants comme celui-ci. Transformés en écopeurs de bateau inexistant, nous avons évacués l’eau à l’aide de serpillières et une raclette de taille liliputienne toute l’eau qui avait envahie la pièce, heureusement qu’aucuns dégats furent à déplorés. La soirée fut calme! (heureusement) 

2O Aout, la chasse au sanglier fait une pause! Nous sommes partis faire les courses dans la matinée, laissant nos pré adultes dormir paisiblement. Au retour, nous nous sommes arrêtez chez le medecin à Folelli, car le kyste que myriam 2 avait derrière son oreille, prenait une tournure inquiétante, le medecin lui perça et lui prescriva des antibiotiques pour 6 jours, dès sa sortie du medecin myriam me lança un regard de tueuse car bien évidamment j’étais à l’origine de sa visite chez le praticien. 

L’après midi, direction Bastia faire quelques achats en souvenir de notre passage sur l’île de Beautée… Une bonne glace place St Nicolas, et retour au village. Une question nous taraudait l’esprit depuis quelques jours. Trouver comment faire pour remercier François et Jacqueline d’avoir si gentiment prêter leur maison pour nos vacances? 

J’avais déja remarqué qu’il manquait une pendule dans leur maison typiquement Corse, et c’est après une concertation collective que nous en avions acheter une, elle était en bois en forme de la Corse, qui aurait fière allure dans la salle à manger. Mais ce n’était pas assez à nos yeux, et une discution s’engagea entre nous pour savoir qu’elle autre chose pourrions nous faire, celle de les invités au restaurant avait été immédiatement écartée car François aurait été capable de se lever de table discrètement et payer l’addition à notre place. (pas con ça!!!!!!!!) Alors nous avons choisis de les invitez ici! oui! ici! chez eux!  le repas serait préparer par nos soins! La date du 24 Aout au soir fut décidée, un vendredi, car nous inviterions aussi Marielle leur deuxième fille qui ne travail pas le samedi et dimanche. 

Il nous fallait plus qu’à faire le menu. APERITIF(option kir) POIVRONS FARCIS AU THON(coupés en rondelles sur un fond de salade avec une vinaigrette à l’huile d’olives) CUISSE DE POULET FARCIES SUR UN NID D’EPINARDS, SAUCE FORESTIERE(cuite pochées et finies rôties, sce vin blanc,champignons des bois et crème fraîche 

FROMAGES(qui pue) UNE TARTE OU UN GATEAU Bien sur, il fallait éviter des plats typiques de la région, car ils y vivent toute l’année! 

21 Aout c’est la saint Christophe! Personnellement, j’avais prévu de le réveiller à l’aube avec une corne de brume, mais le magasin ou je devais me la procurer était fermer, alors tant pis!!!! Mais je fus le premier à lui souhaiter, car les autres ne devaient à ma demande, en aucuns cas, lui souhaité avant, car je leur avaient fait croire à une surprise, donc j’ai eu la primeur par ce mensonge de lui souhaité en premier. 

Je ne vous cache pas le mécontentement des autres après cet intermède. Nous sommes resté en ce jour à ne rien faire. 22 Aout, 6h00 du matin, réveil des troupes! 

Départ pour le  » col de bavella, Propriano, Sartène! Nous roulions depuis 3/4 quarts d’heure, lorsque nous avons pris la route escarpée qui mène au col de bavella, sur cet axe sinueux (refait entièrement et facile d’accès à présent) la montée fut d’une beauté splendide par ses paysages enchanteresques, les aiguilles de Bavella appelées aussi cornes d ‘Asiano, composent un étonnant et somptueux décor, domaine de prédilection des randonneurs et des alpinistes. Un arrêt au col de Bavella culminant à 1218 mètres, permet d’admirer ces pics aux formes déchiquetées, la couleur changeante des grandes murailles rocheuses émergeants des pins laricio et l’âpreté du paysage. Le col de Bavella est qualifié de  » plus beau jardin d’aiguilles de la Corse «  

Descente ensuite sur ZONZA, un bourg bati en terrasses ( altitude 784 mètres) au dessus de la vallée de l’Asinao au milieu des châtaigniers, des pins et des chênes verts, est à la croisée d’itinéraires touristiques réputés: au nord et à l’ouest les routes de Bavella, Quenza et Aullène; au sud la route de l’Alta-Rocca riche en préhistoire, et celle du massif de l’Ospédale. Un réseau dense de sentiers balisés rayonne autour du village et fait de Zonza un centre de villégiature et de randonnées pédestres, équestres, et de vélo tout terrain. Aux environs les amateurs de pêche, peuvent y taquiner la truite. 

PROPRIANO  (Pruprià) Au fond du golfe de Valinco aux eaux calmes et limpides, cet agréable petit port est aujourd’hui un centre actif de tourisme, de nombreuse plages de sable fin et un arrière pays riche en curiosités font de Propriano une station appréciée. Habitée dès l’âge de bronze, la région fut en relation avec les commerçants carthaginois, étrusques et grecs. 

Le site de Propriano donna ainsi naissance à une cité qui remonterait à la fin du 2ème siècle avant jésus christ. Au début du siècle dernier, Propriano n’était plus qu’un hameau dépendant de la commune de Fozzano (qui d’ailleurs est le village d’ou vient l’origine du nom de jeune fille de mon épouse qui est Fozzani. aurai-je épousé une descendante de la noblesse Corse?) Ce modeste port, seul déboucher du Sartenais, bien abrité des vents d’ouest et de nord-ouest par le rocher du Scoglio Longo, commença à se développer vers 1906, à cette époque furent édifiés les deux jetées, le quai accostable et le phare. Cependant, cet essor fut de courte durée et la petite ville resta endormie pendant de longues années, ce sont les continentaux en quête de soleil et de repos qui sonnèrent le réveil de ce petit port, à l’heure actuelle, Propriano est l’une des principales stations balnéaires de Corse. 

Nous avons arpentés les rues et magasins de souvenirs ainsi que le port de plaisance, je trouvais même une pendule en forme de la Corse pour mes parents assez colorée et jolie. SARTENE  (Sarté) 

Sartène est batie en amphithéatre au-dessus de la vallée du Rizzanèse à 13 Km de Propriano. La plus Corse des villes Corses selon Prosper Mérimée, a conservé beaucoup de caractère avec ses vieilles demeures austères et ses traditions: la procession du Catenacciu (commémoration de la montée au calvaire et exprime la double tendance de la piété Corse, s’indentifier au christ, portant la croix et adorer celui-ci au tombeau) est sans doute le cérémonie la plus ancienne de l’île. Une ville qui tient une place dans l’histoire de la Corse, au moyen âge, elle fut le fief des puissants  » seigneurs de la Rocca «  Plus tard dirigée par une classe de grands proprietaires terriens, les  » Sgiô « , elle manifesta longtemps son respect du pouvoir établi et son hostilité aux idées et influences venues de l’extérieur. 

  Ce fut agréable de se promener dans ses dédales de rues étroites avec ses petites boutiques de souvenirs et restaurants qui les parsèmes, et la place de la libération ombragée de palmiers d’ormes, elle est avec ses cafés et son marché, le lieu le plus animé de la ville. L’église Ste-Marie avec son clocher à trois étages ajourés, surmontée d’un dôme. Il y a aussi un quartier qui a gardé son aspect moyenâgeux, il offre des rues sombres, dallées, reliées entre elles par des escaliers et des voûtes, bordées de maisons de granit gris, aux murs épais et aux persiennes closes. 

Pour le déjeuner nous avons trouver un petit restaurant vraiment très accueillant et avec une cuisine traditionnelle digne des plus grandes tables de France! Et je pèse mes mots.   » AUX GOURMETS «  Avec le menu le moins cher à 11 Euros vous avez déja de la qualité, assiette de charcuterie Corse, quenelles au Brosciu (fromage de chèvre Corse), fromage ou déssert. 

A la carte, une panelle d’entrées et de plats de la région n’éxèdant pas les 12 Euros pour les plats les plus onéreux! Compter 23 Euros maximum par personnes sans le vin, mais franchement la patronne qui est derrière ses fourneaux depuis 25 ans mérite que l’ont s’attarde sur sa cuisine. Restaurant  » Aux gourmets  » 10 Cour Soeur Amélie 20100  Sartène. 

Nous quittions Sartène heureux, à présent direction  » FOZZANO » C’est sur une route défoncée que nous y sommes arrivés, un village typiquement Corse perché en haut de la montagne dominant la vallée. Mon épouse née, FOZZANI tenait tout particulièrement à venir ici car l’origine de son nom de jeune fille viendrait de ce village, alors c’est fièrement qu’elle posa à côter du panneau d’entrée de celui-ci. L ‘après midi était déja bien entamée, et les routes de montagnes commençaient à avoir raison de notre patience malgré la beauté des paysages que nous admirions! 

C’est donc après cette visite à FOZZANO que nous primes le chemin du retour. Mais la montagne Corse avait décidée de nous faire profiter de ces moindres recoins, car nous avons fait une erreur de route qui nous à fait faire un détour de 40 Km à travers celle-ci, de plus nous sommes repassés par le Col de Bavella pour revenir, ce que nous voulions à tout prix éviter!!!!! Mais bon, avec  » mr la poisse  » avec vous, vous prenez votre mal en patience! C’est à 20H45 que nous sommes arrivés au village. 

En Corse, les habitants n’ont pas la réputation de travaillés beaucoup, mais en ce matin du 23 Aout, nous avons été réveillé par des coups de marteaux, laissant entendre que quelqu’un travaillait à 6H30 du matin, notre voisin posait son carrelage aux aurores!!!! Le seul village de l’île ou l’insulaire travail, nous y passons nos vacances! Après la chasse, la débroussayeuse, les chiens clochetés, une habitante du village qui cherche son chien en meûglant son nom (chips) dans tout celui-ci, la bétonneuse, et à présent le marteau, commençaient à entamer très sérieusement notre aimabilité. 

D’ailleurs à cet instant, plusieurs projets sont en cours pour risposter le jour de notre départ, à toutes ces nuisances sonores très matinales…..(corne de brume, etc,etc….) Une autre particularité ici, c’est que les maisons sont très grandes avec du terrain conséquent, mais aucun pense à y installer un emplacement pour garer son véhicule, je sais qu’en montagne cela est difficile mais largement faisable, vous n’avez qu’à regarder les cimetières à flanc de montagne, ils sont très bien aménagés avec des sépultures dignes de chefs d’états et pourtant il y a pas beaucoup de place! Mais non, ici les voitures sont garées dans d’étroites rues et vous devez slalomer entre celles-ci pour pouvoir passer la votre, les animaux de compagnie (chiens, chats) quand à eux font leur sieste au milieu de la rue, et il n’est pas rare de croiser en plein milieu d’une route de montagne une ou plusieurs vaches broutant allègrement le bas côté. 

Le dialecte Corse est très particulier lui aussi, lorsque les gens parlent entre eux, la puissance sonore est impréssionnante! Les otites sont courantes ici, surtout quand ils chantent, car ils se tiennent l’oreille pour executer quelques sons mélodieux avec leur cordes vocales. Ah, quand même, ici c’est bien!!!! 

Steven nous informe qu’il a appris  le latin mais pas le gaulois, et oui encore une affirmation de celui-ci! (vive la gaule et le latin) En ce Vendredi 24 Aout 2007, notre séjour en Corse touche à sa fin, éffectivement, Dimanche à 8H00, nous quitterons l’île direction Nice. Steven est en forme aujourd’hui, écrasant le pied de Myriam 2, il lui retorqua en guise d’excuse, « mais tes pieds sont toujours au sol! » effectivement, nos pieds sont constament par terre alors comment pouvez vous vous plaindre si ont vous marche dessus! 

Notre journée fut consacrée à l’achat de souvenirs pour notre entourage rester sur le continent. A moriani, Aurore nous offrit une glace, Christophe fit changer la sienne, car celle qu’il avait commander ne lui convenait pas! ( c’est bien connu que sur les cartes ou vous choisissez la glace que vous voulez rien n’indique de quoi elle est composée) La soirée débuta par l’arrivée de François, Jacqueline et Marielle, invités à diner avec nous. Et c’est tard dans la nuit que nos amis Corses repartirent, après une joyeuse fête improvisée! 

Samedi 25 Aout, nous sommes dans notre dernier jour de vacances sur l’île de beautée! Je regarde admiratif le maquis et le littoral se réveillé tout doucement, quelques bateaux au loin embellissent cette mer si bleue et si calme, la montagne laisse passer les premiers rayons du soleil. La faune et la flore s’enlacent pour laisser place aux chants d’oiseaux et aux belles senteurs sauvages de ce maquis si envoûtant! 

La Corse s’éveille, la Corse se fait belle! Nous pouvons qu’admirer ses parures naturelles qui caressent vos yeux et apaisent votre esprit! Corsica! Demain, une autre magnifique aube nous accompagnera sur la route du retour, la tête remplie de souvenirs….. 

Notre visite de la Corse, nous fit faire exactement 2084 KM Du Nord au Sud, d’Est en Ouest, un tourisme à haute dose non négligeable, mais si beau, de la Corse antique à l’arrière pays de la Costa Serena, en passant par la Balagne et le sentier du littoral en traversant le désert des Agriates, ou encore la vallée d’Asco offrant des paysages aux gorges étonnantes, aux plages critallines de sable fin, de petites criques désertes et des falaises sauvages peuplées d’aigles de mer, et de ses vieilles pierres qui ont une âme, de cette montagne généreuse ou l’eau vive est partout, sources thermales, cascades spectaculaires,piscines naturelles et rivières poissonneuses, lacs etc… La Corse est un veritable château d’eau où vous aimerez vous ressourcer. La gastronomie! 

Goûter les fameux vins du Cap Corse et de Patrimonio, deux A.O.C qui parmi rouges, blancs et rosés, offrent également deux vins doux, l’un blanc, l’autre rouge tout à fait rare. La charcuteriede l’Alta Rocca, les fromages de chèvre ou de brebis, le miel, l’huile d’olive de Ste Lucie-de-Tallano. Tous les produits de la mer: rascasses, rougets, loups, oursins, langoustes. 

Les aubergines à la Bonifacienne etc… etc… Le lonze, la coppa, la figadelle, et tant d’autres saucissons à savourer, les canellonis au brocciu (fromage de brebis), le miel de Murzo, les Oliosis (gâteaux secs à l’huile d’olive), la tarte au brocciu. Voila, un bon conseil pour découvrir les saveurs gastronomiques de l’île: GOUTER TOUT, et oui tout simplement, car beaucoup de choses vous sont proposées ici, et chaques régions à ces propres spécialitées, et pour les plus courageux le vrai fromage Corse, avec ses asticots qui vous chatouillent le palais lorsque vous en manger!!!!!!!!!! 

Voila chers amis, notre périple va bientôt se terminer, mais avant, je vais vous parler d’un homme qui fut célèbre en Corse historiquement! Pascale Paoli  » U babbu di nazione corsa  » (euh! c’est du corse) 

Pascale Filippu, Antoniu Paoli est né en 1725 à Morosaglia. Le 14 juillet 1755 la consulta d’Orezza le proclame Général de la Nation Corse. En novembre 1755, il organise son propre gouvernement et fait voter une Constitution Républicaine. C’est lui qui développe l’exploitation des mines de cuivre et de plomb et l’agriculture en implantant la pomme de terre. 

Est à l’origine aussi de la création du Port de l’île Rousse, de l’université de Corse, d’une imprimerie Nationale à Murato puis à Corté et d’un journal informant la nation des nouvelles de l’île et de l’étranger  » I Ragguali di l’isola di corsica! » Le 8 mai 1769, défaite des troupes de Pascale Paoli face aux armées de Louis XV à Ponte Novu. Le 13 juin 1769, il s’exila et mourrut en Angleterre en 1807. En 1889, sa maison natale de Morosaglia devient le Musée de Morosaglia où sont exposés les objets et documents retraçant son histoire! 

Notre voyage s’achève et un année de travail nous attend avant de repartir en vacances, pour ma part c’était mon septième voyage en Corse et pour moi la boucle est bouclée! Car d’autres belles régions de notre pays ont commencées à étre visitées par mes soins au fil des années!( ardèche, dordogne, bretagne, charente, alsace, alpes, centre, auvergne, corrèze, hérault, et bien autres aussi jolies avec à chacunes sa particularitée. 

Et si un jours je devait quitter la capitale, mes valises je les poseraient dans la vallée de la Dordogne, afin de passer mes derniers instants au bord de celle-ci. « Pace salute » comme ils disent ici. 

S. MAGNENEY. 

   

     

  



2007

novembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Sondage

MESDAMES, ETES VOUS STRINGS OU PETITE CULOTTES?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Nos moments de solitude... |
curieux |
chamadeurlanceur.unblog.com |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de Louna
| omenforce
| VIP langue de vip...ère